Conseil de développement: en avant pour la cinquième mandature

C’est un Conseil de développement nouvelle mouture qui s’est réuni ce 3 avril pour sa première séance plénière de la mandature 2019-2021. Autour de la table, de nouvelles têtes (elles représentent 25% des effectifs) ont pris place aux côtés d’anciens engagés depuis plusieurs années déjà dans la dynamique territoriale. C’est principalement au sein des collèges Culture/Tourisme/Sport/Associatif et Jeunes que l’on retrouve ces nouveaux venus. Autre constat : l’augmentation du nombre de femmes qui représentent dorénavant 20% des membres. Un chiffre qui peut, bien évidemment, encore être amélioré mais la progression mérite néanmoins d'être soulignée.

A nouvelle mandature, nouveaux enjeux...

2025 approche à grands pas et il sera donc essentiel de procéder, dans les mois à venir, à un nouvel exercice de prospective qui s’inscrira, cette fois, à l’horizon 2050. Autre échéance d’importance : la prochaine programmation européenne FEDER-FSE dans laquelle il conviendra d’intégrer le territoire pour tenter de décrocher des fonds nécessaires à la réalisation de projets d’envergure. Le Conseil de développement veillera aussi à apporter une réponse adaptée aux enjeux qui se poseront en matière de gouvernance. Ainsi, il s’agira de positionner le territoire par rapport à l’évolution du paysage institutionnel, des Provinces et au renforcement croissant des dynamiques supracommunales. Sujet au cœur des préoccupations citoyennes, le climat fera également l’objet de toute les attentions. C’est d’ailleurs à l’unanimité des membres présents que le Conseil de développement a décidé d’aller à la rencontre des jeunes du territoire pour entendre et surtout écouter leurs revendications. Le Conseil de développement n’en oubliera pas pour autant les thématiques déjà largement investies comme le design, le transfrontalier, le cadre de vie des habitants ou encore le redéploiement économique du territoire. Les trois années à venir seront riches de défis pour le Conseil de développement qui se sent fin prêt à les relever porté par la motivation de ses membres et leur expertise dans leurs champs d’action respectifs.

Bref coup d'oeil dans le rétroviseur

C’est sur un bilan dont il n’a pas à rougir que le Conseil de développement a clôturé sa précédente mandature. Un bilan sur lequel les membres sont brièvement revenus en début de séance. Une fois encore, la volonté d’œuvrer ensemble s’est révélée payante puisque elle a permis de faire émerger des projets ambitieux et emblématiques pour le territoire. Un territoire que le Conseil de développement a voulu plus vert avec son projet « Un arbre pour la Wallonie picarde », plus fort avec sa stratégie de redéploiement économique et plus humain avec ses actions en matière de santé, d’économie sociale et solidaire ou encore de jeunesse. Véritable catalyseur d’énergies, le Conseil de développement a mis à profit sa force de frappe pour se positionner sur des dossiers stratégiques pour le territoire comme la liaison Seine-Escaut, le nouvel arrondissement électoral de Wallonie picarde ou encore le Schéma de Développement Territorial wallon. Sensible au bien-vivre des citoyens, il a également eu à cœur d’appuyer, avec succès, la demande d’agrément pour l’attribution d’un PET-scan à la Wallonie picarde. Pour autant, il n’en a pas moins délaissé la dynamique transfrontalière dans laquelle plusieurs de ses membres sont d’ailleurs largement impliqués. 

 

Date de publication: 04/04/2019